Comment éviter l'iatrogénie médicamenteuse ?

Suivre un traitement médicamenteux peut très vite devenir une cal verne dû à l’iatrogénie médicamenteuse. Dans cet article, découvrez les gestes à adopter pour lutter contre l’iatrogénie médicamenteuse.

La plupart des personnes, à la prise de médicament, pensent immédiatement aux effets secondaires de celui-ci. Tandis que d’autres se contentent de les prendre pour guérir. Et pourtant, la prise de médicament peut bel et bien provoquer des effets indésirables. C’est la iatrogénie médicamenteuse. Mais c’est quoi exactement et comment y remédier ?

Qu'est-ce que la iatrogénie médicamenteuse ?

L’état de santé d’une personne se dégrade, elle doit prendre rapidement des cachets pour y remédier. Il arrive que la personne se trompe dans les doses prescrites par le médecin lors la prise des médicaments. Il arrive qu’elle en ait fait une interaction avec un autre médicament. Il arrive tout simplement que la personne y ait allergique sans le savoir. Dans d’autres cas, des personnes se font auto médicamenter par elles-mêmes. Tout cela peut provoquer la iatrogénie médicamenteuse chez une personne.

Une iatrogénie définition n’est autre que l’ensemble des conséquences néfastes des médicaments pris au cours d’un traitement. L’on voit apparaître des petits effets indésirables suite à la prise de certains médicaments. Ils ont des impacts majeurs sur la santé. Ces conséquences se regroupent en toutes sortes de symptômes : le vertige, la somnolence, l’ulcère, la rétention urinaire, l’hépatite, l’hypotension, la fracture de la hanche, etc.

Comment prévenir la iatrogénie médicamenteuse ?

À la prise des médicaments, les effets secondaires finissent toujours par apparaître. Quand une iatrogénie fait surface, on rejette immédiatement et toujours la faute au patient. Et pourtant, il existe des solutions plus favorables pour prévenir contre les effets indésirables des médicaments. Et cela, avant même que ceux-ci soient pris par le patient. Les médecins et les chercheurs spécialistes en médicament sont tenus de certains devoirs dans ce cadre de préventions. Ils vont beaucoup contribuer pour prévenir un risque iatrogène médicamenteux.

Les médecins sont tout d’abord tenus d’améliorer la prescription médicamenteuse de leur patient. Pour que cette amélioration soit réussie, des renforcements de capacités de tous les professionnels dans le domaine de la santé sont recommandés. Ils devront alors suivre des formations spécifiques pour faire face aux défis de l’évolution et de la complexité de la nouvelle technologie. Ainsi, ils pourront mieux prescrire les médicaments aux patients.

Ensuite, il faut sensibiliser les pharmacies à sécuriser ses clients. Pour ce faire, les pharmacies à leur tour sont tenues de ne pas vendre des médicaments sans ordonnances. Dès qu’une personne entre dans une pharmacie sans prescription médicale, il faut la renvoyer directement chez un médecin. L’automédication est très mauvaise pour la santé. Si les clients demandent des avis ou des recommandations, le pharmacien peut le guider. Les pharmaciens et les médecins peuvent même coopérer ensemble pour le bien des patients. Ils peuvent échanger de manière confidentielle dans ce cas pour s’entraider.

Les médecins comme les chercheurs doivent assurer un suivi systématique des médicaments qu’ils ont créé et employé par la suite. Ce suivi va permettre de réévaluer l’efficacité des médicaments au cours des traitements. Cela va également permettre de mesurer les risques de iatrogène de chaque médicament. Ils pourront ainsi y apporter des modifications et des améliorations en cas de besoins.

Comment éviter la iatrogénie médicamenteuse ?

Face à une maladie, on utilise souvent des remèdes de grand-mère pour se soigner. Cependant, ces remèdes nécessitent des préparations et sont lents au niveau de l’action, voire même inefficace dans certains cas. Il est alors obligatoire de se tourner vers les médicaments. Ces derniers ont un effet guérisseur et calmant immédiat pour que l’on puisse amoindrir nos maux. Pour éviter la iatrogénie, il faut prendre certaines précautions. Avant de consommer les médicaments, il est primordial de respecter certaines conditions.

Au premier abord, il faut avoir une prescription médicale avant de pouvoir se gaver de médicament. C’est auprès d’un médecin que vous pourrez bénéficier de cette prescription. Après une consultation, le médecin va diagnostiquer votre maladie et vous donner les médicaments pour la soigner. Celui-ci décrira dans son ordonnance la liste des médicaments à prendre. Il va y préciser les doses, les fréquences de consommation, la durée du traitement, etc. Le patient est tenu de respecter à la lettre les prescriptions de son médecin. Dans le cas contraire, les risques de développer des effets indésirables sont favorisés.

Par ailleurs, il faut savoir faire face à son médicament. Celui-ci est toujours livré avec une notice qui va beaucoup servir au patient. La bonne attitude à avoir avant la prise de médicaments est de lire attentivement la notice. C’est le premier réflexe à avoir dès que l’on a un médicament entre les mains. On évite ainsi de développer et de favoriser les risques de iatrogénie par méconnaissance. Dans les notices, vous trouverez des posologies, des recommandations, des interdictions. Par exemple, l’interaction de tel médicament avec tel aliment est interdite. Si vous tenez compte de la notice et que vous trouvez encore des effets anormaux, faites appel à un médecin.