Bouton sur le pénis : qu'est-ce que ça peut-être ?

Pour la plupart des hommes, voir apparaître un bouton sur le penis ou autour de cette zone semble inquiétant. Parfois, cela gêne rien qu’à le voir, et pourtant, certains boutons sont pour la plupart inoffensifs. connaître la cause de ces boutons est essentiel avant de recourir à un traitement adapté. Cela permet par la suite de savoir si un traitement sera ou non nécessaire. Mais, afin de dissiper les doutes, la meilleure option sera de consulter un médecin. Il sera le plus à même de savoir quelle mesure il faut prendre.

Quelles peuvent être les raisons d'avoir des boutons sur le pénis ?

Il est fréquent que des boutons apparaissent sur le pénis. Ils peuvent se situer près de la tête, et sont observés lorsque le prépuce est rétracté. Ce sont généralement des glandes sébacées inoffensives, parfois liées à l'acné, tel que le grain de fordyce. On le reconnaît particulièrement à l’image d’un bouton blanc sur le gland, ou une couronne perlee qui sépare le gland du corps du pénis. Par conséquent, ils ne sont pas infectieux et ne nuiront pas à l'activité sexuelle. Les follicules pileux sont aussi d’autres types de boutons sur le pénis. Ils sont liés à la croissance des cheveux dans cette zone. Ainsi, ils sont également inoffensifs. Lorsqu'elles apparaissent, les papules sont placées sur le gland. Ils ne sont pas infectieux, et ne nécessitent pas de traitement. Ce ne sont que des accumulations de graisse. Mais outre les changements hormonaux, d’autres causes peuvent aussi être considérées quant à l’apparition de ces boutons. Elles peuvent être des infections ou des maladies transmises.

Est-ce que des boutons sur le pénis peuvent être une MST ?

Les MST peuvent aussi être à l’origine d’un bouton sur le gland. La syphilis fait partie de celles les plus connues pour engendrer un bouton rouge sur le gland. Ses symptômes sont caractérisés par l’apparition d’un bouton ou d’une plaie appelée chancre, souvent assimilé à un bouton de pu. Ces derniers sont localisés sur et/ou autour du pénis. Ils peuvent apparaître 3 à 12 semaines après les rapports sexuels. L’herpès peut aussi être considéré comme une MST, bien qu’il soit plus discret. En effet, l’herpès peut ne présenter aucun symptôme, et la personne touchée n’est pas en mesure de le savoir. Mais ce cas peut varier d’une personne à une autre, selon les conditions de santé. Le symptôme le plus courant de cette maladie se caractérise par des boutons et des plaies sur l’organe génital.

Faut-il consulter en cas de boutons sur le pénis ?

Le moyen le plus sûr pour dissiper les doutes revient à consulter un médecin. Seul celui-ci pourra déterminer de quoi il s’agit réellement, ou s’il faut faire des examens. Dès l’apparition des premiers symptômes, il est possible de prévenir l’apogée d’une quelconque maladie. Et même lorsqu’on est déjà affecté, la mise en œuvre d’un traitement précoce peut réduire les risques. Très souvent, les boutons inoffensifs ne génèrent habituellement aucune gêne ou douleur à leurs hôtes. Ce qui n’est pas le cas des boutons infectieux pouvant engendrer des maladies plus graves. D’où l’importance de se faire examiner par un médecin dès que des boutons commencent à apparaître.

Qu’en est-il des verrues génitales ?

Les verrues génitales sont aussi assez communes aux MST. Elles sont souvent localisées sur la peau, autour du pénis. Le papillomavirus humain (VPH) est à leur origine. Il s’agit d’une MST assez complexe, et pourtant, elle reste la plus courante. Le plus étonnant avec ce virus est qu’il disparaît de lui-même. Ces verrues se transmettent par contact cutané avec une personne déjà atteinte. Et effectivement, cela se fait le plus souvent via des relations sexuelles vaginales, anales, et orales. Il y a aussi d’autres types de VPH qui peuvent engendrer des infections graves pouvant entraîner le cancer. D’autre part contre peuvent aussi faire émerger des verrues sur le rectum, le scrotum, et l’anus. Ces verrues sont très fréquentes, et il convient également de consulter un médecin dès une apparition suspecte.

Peut-on envisager des poils incarnés ?

Oui ! Les poils incarnés peuvent aussi atteindre la région du pénis. Ils sont facilement reconnaissables lorsqu’on remarque des boutons tout rouges qui démangent et gênent fréquemment. Et pourtant, lorsqu’on gratte dessus, cela fait mal. Ces poils se forment dans le follicule, et génèrent ainsi ces boutons rouges qui démangent et qui sont insupportables. Toutefois, ils ne sont pas pour autant dangereux. La plupart du temps, ils peuvent disparaître. Mais il est aussi possible qu’ils peuvent s’infecter. Et c’est dans ce cas de figure qu’ils peuvent présenter des risques de dégénération cellulaire. Par conséquent, en cas d’infection, il faut retirer le poil concerné avec un objet stérilisé. Soit une aiguille, soit une pince à épiler. Une fois retiré, il faut ensuite désinfecter la zone et appliquer une solution antibactérienne.

Ces boutons peuvent-ils apparaître chez les enfants ?

Le molluscum contagiosum est une maladie de la peau causée par un virus (Molluscipoxvirus). Il s'agit d'une maladie contagieuse qui peut aussi générer un bouton sur la verge. Par conséquent, elle peut être transmise d'une personne à une autre et d'une zone du corps à une autre. Le molluscum peut également toucher les enfants. Il se caractérise par des petites lésions rosacées d’environ 1 à 2 mm. Ces papules sont à la fois rondes et dures. Ces lésions ne sont pas douloureuses et peuvent rarement produire de légères démangeaisons. Cependant, une consultation médicale est nécessaire pour s’en débarrasser. Il est certainement possible d’appliquer une crème antifongique, accompagnée d’antibiotiques.